RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2017

RAPPORT ANNUEL DES ACTIVITES DE L’OPDE

EXERCICE 2017

 

Notre devise : « Aimer et agir »

O. Introduction

L'Association sans but lucratif dénommée Œuvre Humanitaire pour la Protection et le Développement de l’Enfant en difficulté(OPDE) est née en septembre 1990 à Bujumbura (Burundi), pour défendre les droits des enfants en situation de vulnérabilité. Elle est agréée par l’ordonnance ministérielle N°550/067 du 20 Mars 1991

Sa mission est de protéger les droits fondamentaux des enfants burundais vulnérables en les intégrant dans la vie socio-économique du pays.

Sa vision est de permettre à un plus grand nombre d’enfants vulnérables burundais de sortir de leurs conditions précaires et de devenir acteurs du développement de leur pays.

Ses valeurs sont : L’Amour du prochain, l’Entraide, Le Respect des valeurs humaines et L’Excellence.

  1. I.Programme d’encadrement des jeunes à travers la formation professionnelle

Durant l’année scolaire 2016 - 2017, les activités de formation des jeunes au Centre de formation professionnelle de l’OPDE se sont déroulées normalement. Comme d’habitude, la période de formation est subdivisée en 3 trimestres. Le temps prévu pour la formation théorique et pratique au centre a été achevé sans aucun retard dans la dispense des leçons à donner. Jusqu’au 30 Mai 2017, tous les formateurs avaient terminé le programme annuel prévu.

ü  Recrutement de nouveaux apprentis pour l’année scolaire 2017 - 2018

Ce recrutement a été orienté suivant deux critères :

1) Pour les sections Informatique et Hôtellerie, les bénéficiaires devaient avoir terminé l’école fondamentale ou au-delà.

2) Pour les autres sections (bâtiment, tôlerie-soudure, coiffure mixte), les bénéficiaires devraient avoir un niveau allant de la 5eme année primaire à la 8eme année.

jeunesformation

Photo des jeunes venant pour l’inscription à la formation en métiers

A la fin du processus de recrutement des apprentis, le CFP/OPDE a accueilli 119 jeunes dont 48 filles et 71 garçons ; soit une proportion de 40% de filles contre 60% de garçons. La répartition des apprenants par section montre que la section hôtellerie compte 28 jeunes dont 16 filles et 12 garçons, la section coiffure mixte compte 29 dont 16 filles et 13 garçons, l’informatique compte 19 dont 15 filles et 4 garçons, la section bâtiment compte 21 garçons et la tôlerie 22 dont 21 garçons et 1 fille.

ü  De la recherche d’emploi

Les lauréats de la promotion 2016-2017 qui ont trouvé du travail ont été visités par le chargé de suivi et insertion. Le but de cette visite était de savoir s’ils ont des difficultés ou pas dans leurs travaux quotidiens. C’était également l’occasion d’approcher les patrons, les gérants et chefs d’ateliers pour introduire une demande d’emploi. Les entreprises/ateliers visités qui ont accueilli les lauréats du CFP/OPDE sont surtout des restaurants, des bars, des salons de coiffure, les ateliers de soudure mais aussi des chantiers en construction. Un des constats est que cette année, il n’y a pas eu de grandes entreprises ou grands hôtels qui ont accepté de recevoir les lauréats du CFP/OPDE, car ils préfèrent ceux qui ont de l’expérience (d’après les discussions menées avec les patrons/gérants d’entreprises).

Les problèmes rencontrés par ces lauréats sont presque semblables : maigre salaire, travail sans contrat (ce qui signifie qu’il n’y a pas de garanti dans le travail), manque de clients (ce qui fait que les employés sont mal payés et d’une façon irrégulière).

Malgré toutes ces difficultés rencontrées, il y a des lauréats qui continuent à exercer leur emploi afin de pouvoir gagner leur vie et ils sont bien encouragés pendant ces visites de terrain avec un seul message : « C’est en forgeant qu’on devient forgeron ».Capture

soudure2

Photos des jeunes insérés et travaillant dans leur propre atelier de soudure

Les détails du taux d’insertion des lauréats sont montrés section par section dans les lignes qui suivent:  

Tableau synthèse du taux d’insertion des lauréats de la promotion 2016-2017

 

Section Nombre d’apprentis certifiés en septembre 2017

Nombre d’apprentis insérés en

décembre 2017

Taux   d’insertion moyen

(%)

Hôtellerie 25 16 64
Tôlerie soudure 17 13 76
Informatique 20 13 60
Bâtiment 24 10 41
Coiffure mixte 20 18 90
Total 106 70 66

Sur un total de 106 certifiés à la fin de septembre 2017, un nombre de 70 lauréats ont trouvé du travail. A la fin du mois de décembre 2017, le taux d’insertion des lauréats de la promotion 2016-2017 était de 66%. Par rapport au trimestre précédent, il a augmenté de 13%. La recherche d’emploi pour ceux qui n’en ont pas continue sans oublier le renforcement de l’esprit entrepreneurial.

ü  L’évaluation d’impact du projet CFP

Le CFP/OPDE vient de passer une dizaine d’années en train de dispenser une formation professionnelle pour la plupart dans les mêmes sections. Dans le but de mesurer l’impact de la formation professionnelle dispensée au centre depuis 2006, une évaluation interne a été faite à la fin du mois de Décembre 2016 et elle a été transmise à la fondation ARCANUM qui avait commandite le travail et aux ayant droits.

Les grandes conclusions du rapport montrent que la formation professionnelle au CFP constitue un modèle si on la compare aux autres écoles d’enseignement des métiers. Quoique dispensée sur une période d’une année, le fait de privilégier plus la pratique (70%) que la théorie (30%) confère à cette formation une des meilleures qualités d’adaptation au travail proposé sur le marché. Ceci permet aux jeunes lauréats du CFP/OPDE de se montrer plus compétents dans la pratique au moment de leur stage et cela donne plus de crédibilité aux employeurs qui éprouvent un désir de les retenir pour embauche.

Cependant, quelques lacunes existent dans l’organisation de la formation. Les consommables ne suffisent pas pour permettre aux formateurs de dispenser les leçons pratiques comme prévu dans les programmes de formation. La formation reste classique alors que les besoins du marché changent dans le temps. Il y a donc lieu de revoir les curricula de formation et de rechercher d’autres filières innovantes.

Jusqu’au moment de la rédaction du présent rapport, les programmes de formation au CFP/OPDE n’ont jamais changé dans les sections qui ont commencé avec le centre. La direction générale de l’enseignement des métiers et de la formation professionnelle est en train de chercher à améliorer les programmes à dispenser dans les écoles de métiers pour toutes les filières existantes afin de pouvoir s’en servir au niveau des écoles.

Dans le cadre de la collaboration avec le Ministère de tutelle, le CFP/OPDE a participé dans l’élaboration des modules de formations par la direction générale de l’enseignement des métiers et de la formation professionnelle dans le but d’harmoniser les curricula des centres d’enseignement des métiers (CEM) éparpillés dans tout le pays.

 

II. Projet de Renforcement des capacités, une stratégie de paix

1. Objectif général du projet:

L’objectif général de ce projet était de contribuer à la promotion de la paix et la stabilité dans cette province via le renforcement des compétences indispensables et entrepreneuriales des jeunes, par des formations professionnelles innovantes, par l’amélioration de l’accès au capital et par l’implication des responsables politiques dans la création d’un environnement légal garantissant un accès équitable à l’emploi, au capital et à la participation pour la jeunesse.

 2. Objectifs spécifiques:

ü  Favoriser l’autonomisation de 632 jeunes en renforçant leurs compétences en entreprenariat.

ü  Créer un cadre d’expression de 632 jeunes afin de contribuer à trouver des solutions à leurs problèmes.

ü  Encourager les jeunes entrepreneurs par des concours des meilleures entreprises

 

Quatre approches ont été utilisées pour atteindre ces objectifs :

  1. a)Reflect : une approche innovante pour les changements sociaux, qui a été mise en place dans le projet actuel et qui a permis aux jeunes de lever les défis de l’environnement des affaires face à leurs business.
  2. b)Vicoba : une approche très prometteuse pour l’accès aux petits capitaux qui a été mise en place dans le projet actuel et qui a permis aux jeunes de contourner le problème d’accès au capital afin de monter de petites entreprises.
  3. c)Les compétitions et sensibilisations sur l’innovation comme rôle de la jeunesse dans le développement économique de la province en particulier et du pays en général et qui a remarquablement changé leurs mentalités d’attendre les emplois au Gouvernement. Cela a beaucoup contribué à la paix durable et la sécurité stable.
  4. d)Les formations entrepreneuriales pour permettre aux jeunes entrepreneurs de bien créer ou gérer les activités quotidiennes génératrices de revenus.

 formantreupre

Photo d’une seance de formation des TOT sur Gestion Organisationnelle des Coopératives

for2

Photo d’une seance de formation sur la Création d’une entreprise à Mutimbuzi

for3

Photo d’une seance d’exposé des bénéficiaires sur un travail en groupe à Mugongomanga

3. Tableau récapitulatif des bénéficiaires

COMMUNE FILLE GARCON TOTAL/COMMUNE
1 KANYOSHA 107 71 178
2 MUGONGOMANGA 63 137 200
3 MUTIMBUZI 26 59 85
4 KABEZI 40 25 65
5 ISARE 43 61 104
TOTAL/SEXE 279 353 632

 

ü  Organisation d’une foire

Une foire des produits fabriqués par les jeunes bénéficiaires du projet au niveau provincial a été organisée dans le but d’accroitre leur marché.

En dates de 26-27/10/2017, une foire a été organisée à l’endroit des jeunes entrepreneurs. Les produits exposés étaient principalement composés de :

Produits amenés
1 Beurre
2 Chikwangue
3 Miel
4 Draps brodés
5 Habits cousus
6 Savon de lessive
7 Produits de la vannerie
8 Banane mure
9 Toffus
10 Lait de soja
11 Huile de palme
12 Champon
13 Pian de blé
14 Farine composée

      banderaulleexpo

Vue d’ensemble du lieu : banderole et intérieur de la salle d’exposition pendant la Foire

ü  Stratégie de paix

 

Une session de dialogue avec les jeunes, les représentants des commerçants de la place, l’administration a été organisée pour échanger sur les voies et moyens de lever les obstacles sinon contourner ces barrières dans toutes les communes d’intervention.

A l’issue de la session, la recommandation formulée a été que les jeunes entrepreneurs puissent faire des synergies en coopératives afin de faire face aux défis liés aux marchés locaux ou nationaux et travailler dans la transparence totale.

Les dirigeants ont promis de donner un coup de main en ce qui concerne la légalisation des documents, la baisse des taxes et la sécurité des activités des jeunes.

Une session d’échange a été organisée à l’endroit des hommes et femmes d’affaires, l’administration communale et les jeunes entrepreneurs pour identifier et accéder aux nouvelles opportunités de vente et d'achat des produits et services des jeunes entrepreneurs.

Apres les échanges, les hommes et les femmes ont accru leur prise de conscience sur l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes dans les communautés cibles.

Une session de dialogue et plaidoyer a été organisée à l’endroit des jeunes leaders et les responsables de l’administration. C’était pour évaluer la participation de la jeunesse dans la promotion de la paix : la participation de la jeunesse dans la prise de décisions, la participation de la jeunesse dans les travaux communautaires, l’encadrement de l’administration pour la jeunesse.

Le programme fait le suivi des conflits dans les zones d’intervention du programme

Une formation sur l’approche REFLECT (Regenerated Freire Literacy Empowering Community Technics) a été organisée à l’endroit des jeunes et l’approche est intégrée dans les communautés d’où ils viennent. Au total, 29 cercles REFLECT ont été créés pour y organiser des séances d’échange sur des thèmes tels que les barrières clés à l’autonomisation des jeunes.

partici

Photo des participants en train de dessiner une carte de leur colline avec la sciure lors de la formation.

Une formation sur la résolution pacifique des conflits a été faite en vue de développer chez les jeunes formés, les attitudes dans la gestion des conflits. C’est ainsi qu’une formation de 40 jeunes leaders (20 en commune de Mutimbuzi et 20 en commune de Mugongo-manga a été organisée sur la résolution pacifique des conflits.

Des conflits ont été résolus ou transférés : 213 conflits  dont 171 résolus à l’amiable et 42 transférés aux instances habilitées.

NATURE NOMBRE OBSERVATION
1 Ivresse 80 Résolus
2 Orgueil 61 Résolus
3 Broutage des champs 17 Résolus
4 Partage des bénéfices 13 Résolus
5 Coups et blessures 18 Transférés
6 Vol 21 Transférés
7 Fonciers 3 Transférés

ü  Histoire de changement.

NZEYIMANA Augustin est un jeune entrepreneur de Kabezi. Avant le projet, il était chômeur et il ne voyait rien à faire qui pouvait lui procurer d’argent. En Octobre 2015, après avoir reçu des formations entrepreneuriales, il a initié une petite boutique avec un petit capital venant d’une part de VICOBA et d’autre part d’un ami qui lui a avancé de l’argent. Il a commencé avec 300.000Fbu et maintenant il a un chiffre d’affaire de plus de 1.500.000Fbu. Le plan d’affaire, les outils de gestions et le choix de la place lui ont été bénéfiques. Il est fier d’avoir bénéficié des formations de la part de l’OPDE en collaboration avec NCA.

boutique

  1. Projet d’encadrement des jeunes à travers l’exploitation des Boulangeries

C’est un projet qui a été initié en Commune Isare depuis le mois de Novembre 2016 par une fondation hollandaise « Savoir sans Frontières » grâce  à Mme Dr Amy Besamusca, volontaire au Centre Neuropsychiatrique de Kamenge (CNPK).

L’objectif de ce projet est la prise en charge médicale des jeunes vulnérables grâce aux bénéfices générés par l’exploitation de la boulangerie en suscitant chez les jeunes l’autonomisation par le travail en équipe de 14 jeunes filles et garçons par boulangerie.

Au mois de Juillet 2017, la même fondation a financé une autre boulangerie à Kabezi regroupant toujours 14 jeunes (7 filles et 7 garçons). Après la formation sur les techniques modernes de fabrication de pain, le four aussi grand a été construit et un kit de démarrage a été donné aux jeunes formés en guise d’appui pour le bon commencement des activités de la boulangerie. En plus du kit de démarrage octroyé par OPDE, les jeunes se sont aussi organisés à travers les cotisations des membres pour pouvoir augmenter leur capital. Ainsi, ils ont débuté avec 420.800Fbu et à la fin du mois d’Octobre, ils avaient en circulation un capital de 725.400Fbu.

abantu

   Photos de famille des membres de la boulangerie Akanovera de Kabezi

pqinh

Photo du four de la boulangerie Akanovera de Kabezi

  1. IV.Projet : Hygiène, Eau et Assainissement

Pour ce programme, les activités réalisées au cours de 2017 se focalisent sur le volet animation, le volet technique et le volet ecosanitation dans les différentes collines d’intervention. L’action se fait à trois principaux niveaux : au niveau domiciliaire au sein des familles, au niveau communautaire via la création et formation de comités et la réalisation d’ouvrages, et enfin au niveau communal avec les autorités locales. Parallèlement, le projet intervient en milieu scolaire.

Dans Bujumbura (rural) en Commune de Mutimbuzi, le projet AAKT (Amazi, Amagara meza Kuri Twese) s’est concentré sur la transition entre la clôture de son premier projet de trois ans « d’Amélioration et Gestion des Déchets Solides et Liquides (AGDSL) et le lancement du projet de 15 mois sur Renfoncement des Capacités en Ecosanitation en vue de pérenniser les acquits des activités du programme.

A Gihanga, le projet ISAM (Isuku Soko ry’Amagara Meza),qui avait eu un peu de mal à démarrer, il a pris son rythme de croisière en ouvrant progressivement ses 6 premières collines dans la zone d’intervention. Un comité d’Hygiène et Assainissement (CHA) pour chaque colline a été mis en place et formé afin de pouvoir assurer le suivi et la mobilisation des ménages en temps voulu.

Résultats atteints :

  1. Projet AAKT (Amazi, Amagra Kuri Twese): Titre Projet : Renforcement des Capacités d’Ecosanitation de la population de Mutimbuzi

- 1672 personnes ont été sensibilisées et formées à l’EHA (Eau, Hygiène et Assainissement)

- Des dispositifs sanitaires ont été mis en place sur la zone d’intervention : 580 Systèmes de séchoir, 336 Systèmes de Lavage des Mains et 397 Systèmes de Compostière Ménages mise en place.

- 589 latrines construites dont 103 Arboloo et 486 EcoSan supplémentaires dans les 12 collines d’intervention

- Plus de 70% de la population ciblée sépare ses déchets organiques et non organiques.

- 90% des latrines (Arboloo e EcoSan) utilisées convenablement

- Environ 80% des propriétaires de latrines EcoSan utilisent convenablement les dérivés en agriculture.

- 5 jardins de démonstrations sont créés

- 12 comités CHA (soit 72 personnes) existants renforcés à l’écosanitation et formés au leadership et à la gestion de microprojet

- 20 agents déconcentrés de la commune d’intervention, formées à l’écosanitation (Agronome provincial, communal, zonal et Moniteurs agricoles)

- 34 paysans modèles formés à l’écosanitation

- 3 sites de transformation et de valorisation des déchets organiques humains et végétaux sont initiés et opérationnels.

- Les membres des comités de 3 points d’eau construits/réhabilités ont été recyclés  sur l’entretien et la gestion des ouvrages hydrauliques.

2. Projet ISAM (Isuku Soko ry’Amagara Meza) 

-          13 395 personnes sensibilisées et formées sur les modules techniques de promotion d’Hygiène et Assainissement de base (Eau, Hygiène et Assainissement).

-          1 006 latrines réalisées dont 414 latrines Ecosan et 592 Arboloo

-          10 comités renforcés en capacités sur les modules techniques de gestion des latrines et leur écosanitation

-          Dispositifs sanitaires mis en place sur la zone d’intervention/ Gihanga : 582 Systèmes de Séchoir, 155 systèmes de lavage des mains et 95 systèmes de compostière ménages.

-          3 points d’eau non fonctionnels ont été réhabilités

Photos d’illustration

11

Photo d’une latrine Ecosan construite a l’Ecole Primaire de Gihanga

13

Photo d’une latrine Ecosan construite dans un ménage avec système de lavage des mains

12

Photo des bananiers dont la fumure utilisée provient des récupérations de la latrine Ecosan

 

  1. V.Le Programme Médical

Le Programme Médical de l’OPDE concerne plus particulièrement le Centre Médical Marthe Robin(CMMR) se trouvant à Bwiza 6avenue N°6. Grâce à sa bonne collaboration avec le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida via le district sanitaire Mairie Centre et après visite d’inspection des services et infrastructures dudit centre, une autorisation de l’accréditation du centre Médical de l’OPDE en sites CPN, CDV, ARV et PTME. Cette autorisation a été obtenue au mois d’Aout 2017. Consécutivement à cette autorisation, le service de maternité a commencé ses activités même s’il est à ses débuts. Un médecin Gynécologue preste dans ce centre à temps partiel.

  1. VI. Conclusion

Qu’il nous soit alors permis d’adresser nos sincères remerciements à tous nos partenaires qui n’ont cessé d’apporter leur contribution pour pouvoir réaliser les activités en faveur des plus démunies. Nous pensons particulièrement au Ministère des Droits de la Personne Humaine, des Affaires Sociales et du Genre, au Ministère du travail et de la création d’emploi, au Ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique, à la Fondation ARCANUM, AMIE Canada, à la Fondation KENNIS ZONDER GRENZEN (Savoir sans frontières) et à Norwegian Church Aid (NCA).

A toutes et à tous, l’OPDE vous dit Grand Merci

 

Contactez-nous

Pour toutes questions, commentaires et autres besoins d’informations, n’hésitez pas à nous contacter :

OPDE BURUNDI.

Boulevard du 28 Novembre, En face de l’ENS.

Quartier de Kigobe,Bujumbura, BURUNDI

P: (+257) 22 22 78 93

JoomShaper