Projet d'autonomisation des veuves et de leurs enfants

Afin de prévenir le phénomène d’enfants des rues, il est indispensable de travailler à la source même du problème, en améliorant les conditions de vie des communautés à risques.

C’est dans cet objectif que l’OPDE a noué un partenariat avec l’organisation AMIE Canada, pour agir en faveur des femmes veuves et de leurs enfants.

Ce projet, financé par l’ACDI (Agence Canadienne de développement International), vise l’amélioration des capacités professionnelles et personnelles des femmes veuves, l’intégration socioprofessionnelle des jeunes issus de familles monoparentales et la promotion et la défense des droits de l’enfant et de la femme dans la communauté.

 Le projet a commencé en août 2012, et prendra fin en juin 2017. Il intervient dans trois provinces du Burundi, à savoir Bujumbura rural, Cibitoke et Kayanza, dans lesquelles les activités se regroupent en trois grands blocs :

 

  • L’autonomisation des veuves par le biais de coopératives :alt

Rendre économiquement indépendantes ces femmes en les appuyant dans leur création d’activités  génératrices de revenus, et en les regroupant dans des coopératives qu’elles gèrent elles-mêmes.

 

 

 

 

 

 

 

  • La formation et la réinsertion socioprofessionnelle des jeunes :

 

Former les enfants des femmes veuves à un métier, non seulement pour qu’ils puissent accroître  leurs connaissances et devenir eux-mêmes indépendants, mais aussi pour qu’ils contribuent aux  revenus de la famille.

 

  • La promotion et la défense des droits :

Défendre et protéger les femmes et les enfants contre tous types de violation de leurs droits.

 

Chaque femme veuve ayant un enfant à charge en âge de suivre une formation professionnelle (de 14 à 22 ans) doit l’envoyer suivre la formation professionnelle dans le centre d’enseignement des métiers existant dans la localité, suivant les opportunités du marché après la formation, mais aussi suivant ses propres aspirations.

 alt

Session de formation pour la 3ème cohorte de Kayanza

 

Après les formations théoriques et pratiques, des stages sont organisés pendant une période d’un mois. Avant la réinsertion proprement dite, des séances de formation en entreprenariat et en gestion d’association sont également dispensées afin de leur permettre de bien gérer leur coopérative.

Enfin, des ateliers et séminaires sur les droits de l’homme et droits de l’enfant sont planifiés et organisés par l’association partenaire « OIDEB », qui dispose d’une grande expertise dans ce domaine.

 

Au cours du projet, 18 coopératives de femmes et dix coopératives de jeunes seront mises en place, pour un total de 400 femmes et 400 jeunes bénéficiaires.

 

En 2014, les femmes exercent les activités suivantes :

  •           Culture du riz à Bujumbura rural
  •           Culture du maïs et du Sorgho à Cibitoke
  •           Activités individuelles à Kayanza (vente de beignets, de bière de banane …)

Leurs jeunes, quant à eux, ont été formés en art culinaire et en maçonnerie à Cibitoke, en art culinaire et en menuiserie à Kayanza, et dans toutes les sections du Centre de Formation Professionnelle de l’OPDE pour ceux de Bujumbura rural.

L'année précédente, les coopératives de femmes se sont spécialisées dans la savonnerie, l'élevage des chèvres et la culture de pomme de terre et de haricots, et leurs jeunes ont été formés en maçonnerie, art culinaire et couture.

 

Contactez-nous

Pour toutes questions, commentaires et autres besoins d’informations, n’hésitez pas à nous contacter :

OPDE BURUNDI.

Boulevard du 28 Novembre, En face de l’ENS.

Quartier de Kigobe,Bujumbura, BURUNDI

P: (+257) 22 22 78 93

JoomShaper